Quels sont les attendus du jury lors du concours d’ATSEM ?

ATSEM

Publié le : 31 mai 20236 mins de lecture

Les concours publics figurent parmi les plus populaires et les plus difficiles, puisqu’ils offrent des places exclusives souvent limitées à des postes qui attirent de nombreux candidats. Le concours d’ATSEM suscite un intérêt particulièrement marqué, car il permet, lorsqu’il est réussi, d’exercer comme agent territorial dans les écoles maternelles. Les exigences du jury, abordées au cours d’une formation concours atsem, concernent trois pôles : les connaissances théoriques, le savoir-faire avec les enfants et le savoir-être en tant que professionnel.

Les connaissances théoriques à avoir pour le concours d’ATSEM

Pour se montrer un professionnel de la petite enfance compétent, il faut avant tout disposer d’un solide bagage théorique relatif au développement de l’enfant, aux pédagogies d’apprentissage et aux principes élémentaires de sécurité lors de l’encadrement d’un groupe. Le jury pose souvent des questions issues du corpus de formation atsem, afin de vérifier que les candidats maitrisent lesdits aspects.

Le fonctionnement des institutions dans lesquelles l’ATSEM peut exercer et le rôle plus précis de ce professionnel font partie des fondamentaux à connaitre. Les aspirants au métier doivent se montrer incollables sur les tâches que peut ou ne peut pas accomplir l’ATSEM, sur la façon dont fonctionnent l’école maternelle et la fonction publique dans son ensemble, et sur les différents types de règlementation qui concernent la petite enfance.

Le développement de l’enfant en âge scolaire constitue un autre thème immanquable pour le jury du concours d’ATSEM. À travers la compréhension fine de la psychologie de l’enfant, des notions de pédagogie, de psychomotricité et de développement cognitif, les candidats doivent exposer les points clés qui vont guider leurs pas de professionnel de la petite enfance.

Une importance considérable est accordée à la connaissance des règles englobant l’hygiène et la sécurité. L’ATSEM doit pouvoir garantir un environnement parfaitement sain et sécurisé aux enfants qu’il encadre. Il maitrise les gestes de premiers secours, sait comment réagir en cas de danger ou qui faire intervenir. D’autre part, l’ATSEM doit être capable de mettre en place des activités d’animation et d’éducation basées sur de solides connaissances en termes de pédagogie et de développement psychomoteur. Tous ces indispensables s’acquièrent facilement grâce aux formations proposées sur des plateformes comme youschool.fr.

Les savoir-faire propres à l’ATSEM

Des solides connaissances théoriques ne suffisent pas. Lors du concours d’ATSEM, le jury examine les capacités du candidat à transposer ses acquis en compétences pratiques adaptées au terrain et aux enfants rencontrés. C’est ainsi que l’ATSEM peut mener à bien les tâches qui lui incombent, en collaboration avec l’équipe d’enseignants.

En haut de la liste des savoir-faire, l’on retrouve la capacité à travailler en équipe. En effet, l’ATSEM collabore régulièrement et quotidiennement avec différents acteurs de la communauté éducative, qu’il s’agisse des maîtres et maîtresses, des directeurs d’école, des responsables de périscolaires, des autres ATSEM ou des parents d’élèves. Il lui faut donc savoir s’exprimer, écouter, présenter ses arguments, adopter un ton professionnel et bienveillant, en définitive, savoir se mettre en communication avec toutes sortes de public.

L’ATSEM propose chaque jour des activités destinées à éduquer les enfants, mais aussi à les détendre, les amuser, les faire grandir et leur inculquer les règles de la société. Le jury exploite volontiers cette branche en demandant au candidat d’imaginer une activité dans telles ou telles conditions, ou avec un enfant ayant des spécificités comme un handicap. Les animations doivent respecter la sécurité de l’enfant, et prendre en compte son âge et son niveau de développement.

Gérer des situations d’urgence ou de stress constitue un aspect crucial du poste d’ATSEM. Avec les enfants, il faut réagir vite et correctement pour assurer la sécurité de chacun. Le jury peut donc placer le candidat dans une situation exceptionnelle et lui demander comme il ou elle réagirait, en s’appuyant notamment sur ses connaissances théoriques.

Pour finir, les candidats ayant suivi une formation atsem a distance ou en présentiel devront savoir entretenir les locaux d’accueil des enfants avec toutes les mesures d’hygiène et les gestes techniques nécessaires.

Le savoir-être, un pilier de la formation ATSEM

Au-delà des connaissances et des maitrises techniques, l’ATSEM doit faire preuve d’un certain nombre de savoir-être qui reflètent sa posture professionnelle. Le jury s’attarde volontiers sur ses aspects, car l’ATSEM est en contact permanent avec du public, il doit donc se montrer parfaitement apte à interagir correctement en fonction des situations.

L’ATSEM idéal se montre bien sûr patient et doux, capable de créer du lien avec les enfants à l’aide de tact et de bienveillance. À l’écoute des petits et de leurs parents, il échange efficacement avec chacun en adaptant son discours et sa posture. Il sait identifier les besoins qui lui sont exprimés et proposer des solutions adaptées. Cette qualité de communication s’accompagne d’une extrême discrétion professionnelle et d’un respect de la confidentialité sur toutes les informations sensibles qui sont transmises.

La formation concours atsem met aussi l’accent sur la responsabilité et l’engagement, car ce professionnel de la petite enfance doit montrer une dévotion réelle pour son métier et s’engager de façon indéfectible envers les enfants qu’il encadre. L’ATSEM sait s’adapter et prendre des initiatives, de façon à s’ajuster aux situations nouvelles et à épauler l’enseignant qu’il accompagne. Il est un véritable référent pour les parents, et doit donc en montrer la carrure.


Comment apprendre le néerlandais à Bruxelles peut améliorer vos perspectives professionnelles ?
Pourquoi choisir une école de marketing de luxe ?

Plan du site